[ accueil ]
[ biographie ]
[ expositions ]
[ critiques ]
[ galerie ]
[ presse ]
[ contact ]

Deutsch Version

La couleur pour jardin

La peinture de Garandel possède l'exubérance d'une flambée végétale ou d'une soudaine coulée de lave. Sa vivacité chromatique s'inspire de ses voyages en terres lointaines et de sa passion pour les jardins. Pas étonnant dès lors qu'il se tourne vers la nature. Une nature fougueuse et saturée de lumière.

Champs d'agaves du Mexique, plantations de tabac cubaines, flamboyants de la Réunion, soleil vert des îles de l'océan indien, frémissements des jacarandas bercés par une impro de jazz, tel se présente, en raccourci, l'univers de Garandel, ce passionné de jardinage et de voyages au bout du monde. Parlez-lui donc des fleurs : sur le sujet il est intarissable. S'il se dépeint comme un autodidacte, il ne peut nier les bons souvenirs que lui laissa sa prime jeunesse, au temps où il suivait les cours du soir que dispensaient La Grande Chaumière et l'Atelier de l'Impasse Bellefeuille, dans le XVIème arrondissement. Les mois qu'il y passa encouragèrent sa vocation sans la rendre captive de telle ou telle école. Après une période cubiste, dont ses "cités florales" conservent un certain héritage, il s'est peu à peu orienté vers une gestuelle plus spontanée. Son jardin d'Ouville l'Abbaye constitua très probablement une étape décisive dans la conquête de son langage, auquel ses voyages successifs allaient progressivement donner toute son ampleur. Garandel est porté par son amour-passion de la couleur et son goût pour le mouvement. "Celui qui se fie au tournesol ne méditera pas dans la maison, a écrit René Char. Toutes les pensées de l'amour deviendront ses pensées." Garandel est un homme du dehors, un peintre épris de grand air et de paysages lumineux, un voyageur au coeur d'enfant. Dans sa tête, il n'a pas vieilli.

Le jazz et la musique rythmique forment sa nourriture sonore. Quel précieux soutien quand il peint ou revisite ses carnets de route ! Peignant à l'huile ou à l'acrylique, il n'est pas ennemi du sable et des enduits. Pendant toute sa période -cubaine", il fit même fréquemment usage d'un grand nombre de feuilles de tabac, généreusement mêlées à la couleur. Passant de la toile au papier abrasif (idéal pour le pastel), il s'invente de nouveaux horizons. Si ses thèmes obéissent à une certaine logique, celle du voyageur s'émerveillant de tout ce qu'il découvre, Garandel avoue apprécier le changement. Pas question de refaire ce qu'on a réussi la veille ! La peinture est bien autre chose qu'une laborieuse répétition. Passant des courbes d'une colline aux galbes et aux sinuosités du corps, il aime par dessus tout la terre, cette mère souvent malmenée. Des volcans en activité à la paix des hauts fonds marins, il traque ce que la vie lui propose de plus sauvage et imposant. Il sait que la main de l'Homme n'est pas là pour la dominer, mais pour l'accompagner et la servir. Sa peinture s'y emploie avec ferveur et fantaisie.

Luis PORQUET, critique d'art
octobre 2004


Sous l'aspect débonnaire d'un félin ébloui, Yves GARANDEL, outre sa stature imposante, possède une puissance et une audace instinctives et décisives qui en font un véritable aventurier de la peinture.

Il en a fait du chemin ce grand gaillard depuis une trentaine d'années, depuis sa passion de la plongée sous-marine dont il ramenait matière à célébrer les mystères et la poésie des fonds océaniques et maritimes.

Travail aidant et au fil de ses voyages, Yves GARANDEL s'est ébloui de couleurs et de formes nouvelles, allant du motif aux souples ondulations à la puissance évocatrice d'un surréalisme musclé et brillant. Explorateur de l'opulence de la nature et de l'expression, attentif aux pulsions de la couleur et de la vitalité, les compositions de GARANDEL favorisent des sites et des motifs dont l'imaginaire se confronte à la poésie grâce à de riches perspectives animées par une palette vibrante, active, qui privilégie tout autant le spectaculaire que l'assurance.

Toujours plus, toujours mieux, à la fois créatif et aventureux, Yves GARANDEL a eu le courage et l'autorité de se singulariser en pleine et généreuse indépendance.

André RUELLAN, critique d'art
www.art-culture-france.com


Yves Garandel et la pensée vagabonde

En regardant une toile d'Yves Garandel, on s'aperçoit que son esprit créatif vagabonde dans les angles les plus opposés de sa composition. C'est parce qu'avec cet artiste surgit immédiatement une invitation à franchir les portes de notre "jamais vu".

Garandel développe ce principe cher Bonnard : "rendre la peinture vivante".

S'agit-il d'espaces organisés librement, que déjà s'installe ce mouvement vital par la lutte fraternelle des contrastes chromatiques. Il éclate encore dans ce payasage aux Coquelicots ou dans la géographie des Rivières Rouges.

Plus sage peut-être, le Cytise aux livres d'une bibliothèque silencieuse, gardienne indifférente de la pensée des auteurs. Devant cette œuvre, en nous, s'impose la sérénité : Garandel nous suggère-t-il d'accepter ce moment de réflexion en nous laissant libre d'imaginer ses préférences littéraires ?...

Sans doute, car la caractéristique de l'œuvre de cet artiste est l'attention permanente de son intense besoin de recherche et de communication. S'il va de l'acrylique sur papier froissé au fragile et souple pastel, c'est pour s'éloigner de toute mièvrerie conventionnelle.

Répétons-le, la vivance de sa peinture est dynamisée par son esprit créatif générateur de compositions éclairées qui révèlent une personnalité solidemet charpentée.

Couleurs, formes, inspiration, des mots simples, souvent utilisés, mais qui prennent ici toute leur éloquente puissance face la vérité agissante des toiles d'Yves Garandel.

André Jung, critique d'art

Réalisé par ISI. Référencé sur normandie-france.com et art-culture-france.com.